Speerstra Gallery / SWITZERLAND

Téléphone: +41(0) 21 824 20 10

Horaires: Ouvert le vendredi et samedi de 14 à 18 heures et sur rendez-vous.

Chemin des cerisiers,1
1183 Bursins,
Switzerland

Plan d'accès Google Map® (Switzerland)

Speerstra Gallery / PARIS

Téléphone: +33 (0) 9 83 01 45 86

Ouvert du Mardi au Samedi de 14h30 à 19h et sur rendez-vous.

24 rue Saint-Claude
75003 Paris
France

Plan d'accès Google Map® (France)

home / Expositions / Speerstra Gallery Paris - John JonOne Perello "Night & Day"

JONONE ( John Perello )

Jon Afropunk

Speerstra Gallery Paris - John JonOne Perello "Night & Day"

du 16/10/2004 au 27/11/2004

“La peinture est une chose mentale” disait Léonard de Vinci. Le travail de JonOne va dans ce sens, et dans son contraire aussi. Sur sa toile il pose tous ses tourments, tous ses souvenirs, des filets de lumières que laissent derrière eux les trains new-yorkais aux couleurs chatoyantes de ses origines de St Domingue. Au début la matière est chargée, il y a du volume, des projections de peinture, la couleur dégueule sur la toile, Jon sort d’un tableau comme un torero sort de l’arène. Epuisé mais vivant, le jean maculé par les stigmates de son art. Et là on se dit que si la peinture est “une chose mentale” c’est aussi un engagement physique. Action painting comme ils disent. Et puis il y a ce fameux coup de bombe aussi. Toute une époque. Ce coup de bombe qui agit comme un mémorial et vient dire “Regardez ! c’est mon histoire”.

Presque vingt ans qu’il peint à la bombe, presque vingt ans que la rue est son métronome. Aujourd’hui Jon a quarante ans. Sa peinture a changé. Lui aussi. Le mouvement du pinceau est plus précis, le trait plus fin, quelques coulures viennent témoigner d’un passé agité mais l’esthétique n’est plus la même. Les thèmes d’inspiration sont eux aussi différents, dans les années 90 Jon regarde les murs de Paris et la toile se charge en adrénaline, “Fuck Paris !” est alors le gimmick en vogue, aujourd’hui les murs sont clean, l’émulation des années tag est belle est bien en berne. Alors il faut trouver de nouvelles sources d’énergies, le sexe en est une. Surtout à quarante ans.

Lors d’une exposition qu’il fait à Hong-Kong, Jon découvre le travail d’un photographe hollandais qui articule son œuvre autour du sexe masculin. Inconsciemment, ce thème travaille l’artiste qui le reproduira sous différentes formes dans sa toute nouvelle série, également inspirée par la calligraphie chinoise, “Night and Day”. Étouffé par la honte, désireux aussi de représenter son “Moi” sur la toile, Jon nous livre donc une série de toiles très freudienne, qui forme une composition graphique plus que jamais épurée. L’exposition “ Night and Day” est un point dans une phrase. Elle correspond à une fin mais annonce aussi un début. Plus de couleurs, plus de spraycan. Que diront les puristes ? “ what the fuck is that shit ? ” selon Jon. “ Dans ce travail la couleur n’était pas nécessaire ” dit-il, et c’est vrai. La couleur n’est pas un dû. Cette achromie correspond aussi à un besoin d’évoluer par le sensible, une manière de fuir tout conformisme, en travaillant en noir et blanc Jon détruit pour mieux reconstruire. “Mon travail est le reflet du temps dans lequel je vis ”, dit l’artiste, “ je n’ai plus besoin de mettre un coup de bombe sur la toile pour me donner du crédit”. “Night and Day” est une exposition charnière, elle nous raconte comment Jon s’est libéré l’esprit, comment il accepte enfin son statut d’artiste, affranchi de tous codes, n’appartenant plus à aucune école, prêt à créer son propre mythe. De ce “ground zero” sortira un nouveau Jon, il y a eu un avant, “Night and Day” annonce le “après”.

© Hugo Van Offel / Speerstra Gallery 2004.

Speerstra Gallery Paris - John JonOne Perello "Night & Day"